PHILIA est un espace d’échanges d’informations scientifiques interdisciplinaires, qui peuvent intéresser les chercheurs, les enseignants et les étudiants de la Belgique travaillant sur l’ensemble de l’Antiquité méditerranéenne (dans le sens large) et ses survivances.

Plus concrètement, il s’agit d’un site web regroupant les activités scientifiques actuelles dans le domaine des études sur l’Antiquité méditerranéenne et ses survivances et d’une boîte commune de messages électroniques, où peuvent s’inscrire gratuitement des intéressés de tout horizon par simple demande aux gestionnaires de cette liste d’adresses. Les inscrits pourront recevoir et diffuser ainsi toute information sur des manifestations scientifiques (colloques, séminaires, conférences, projets de recherche, défenses de thèses), publications (ouvrages, revues), des opportunités d’emplois ou tout autre événement d’intérêt commun, organisé dans une institution académique belge ou par des personnes attachées à l’une ou l’autre de ces institutions.

En effet, comme vous l’avez sans doute constaté, malgré le nombre relativement réduit des institutions académiques en Belgique, il est rare que des informations puissent circuler largement sur les activités diverses des scientifiques du pays. Aussi, une meilleure connaissance des travaux des autres se trouve entravée. Un dialogue plus étendu fait défaut, ainsi que la possibilité de s’enrichir mutuellement par des participations plus régulières aux manifestations organisées.

Quant aux diverses sciences qui peuvent s’occuper de l’Antiquité comme sujet d’études principal, partiel ou occasionnel, en adoptant des points de vue et de méthodes différents, leurs travaux ont manifestement beaucoup à gagner en prenant chacune en considération les procédés et les résultats des recherches des autres. L’interdisciplinarité parmi toutes les sciences humaines, et même, le cas échéant, les sciences exactes, devient une nécessité de plus en plus claire de nos jours. Or nous sommes très loin actuellement de pouvoir prétendre à la réalisation de tels échanges à un niveau satisfaisant. Les initiateurs du projet PHILIA, qui sont eux-mêmes des adeptes de différentes sciences étudiant l’Antiquité méditerranéenne, attachés chacun à une autre Université belge, ont voulu agir devant ces faits d’une manière indépendante par rapport à leurs institutions respectives et sans but lucratif. Ils ont dès lors cherché des moyens pour donner l’occasion à ceux qui le désirent, comme eux-mêmes, de dépasser les cloisonnements en matière de communication interdisciplinaire et interuniversitaire en Belgique.